Colombine-Arlequin

 Alain René LESAGE

COLOMBINE ARLEQUIN,
OU
ARLEQUIN COLOMBINE.

PIECE EN UN ACTE

Représentée à la Foire Saint-Laurent en 1715

imgcolom.jpg



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


PERSONNAGES.


LE DOCTEUR.
ISABELLE, sa fille, amante de Léandre.
LEANDRE.
COLOMBINE*, Suivante d' Isabelle.
SCARAMOUCHE.
ARLEQUIN.

Troupe d'amis du docteur et de Léandre.

La scène est à Paris.

.Le théâtre représente une place publique, où demeurent Léandre

et Isabelle

 * Dans le théâtre de Foire de Lesage-Dorneval, le personnage de Colombine tient le rôle principal pour les  pièces suivantes : - la Ceinture de Vénus -le Temple du destin-les Eaux de Merlin-les Trois Commères- Arlequin Thétis.

Dans Colombine Arlequin ou Arlequin Colombine - Arlequin Endymion-les Mariages de Canada, Colombine aura le rôle de la suivante astucieuse qui aide sa maitresse  à vaincre les difficultés du moment .**

**in Dictionnaire des Personnages, Robert Laffont, ed. , collection  Bouquins, entrée Colombine

 

 

 

 

 

 

 

 

Scènes I à XV

 


SCENE I.

LEANDRE, ISABELLE, COLOMBINE.

LEANDRE, d'un ton brusque

AIR 009,Du Cap de Bonne -espérance ou Livrons-nous à la tendresse.



Oui, vous avez, Isabelle,
Un traitre,un volage coeur.

ISABELLE, en colère,
C'est vous plutôt, infidèle,
Qui payez mal mon ardeur.
Allons, rompons notre chaine :
Je sens dejà que la haine,
Avec un juste mépris,
Succède à mes feux trahis.

LEANDRE.

Air 074, Jardinier ne vois-tu pas?



Je le veux, séparons-nous,
Sans tarder davantage,
Je m'en fie à mon courroux,
Je suis détaché de vous,
Volage, volage, volage.

ISABELLE.
(meme air)
Ces discours sont superflus,
Cédez à votre rage.
COLOMBINE, à part, riant.
Qu'ils sont tous deux résolus !

ISABELLE.
Partez. Ne nous voyons plus.

COLOMBINE.
Courage, courage, courage.

LEANDRE.

Air 090, Les Feuillantines. 




Oh! n'en doutez pas, je vais
Pour jamais 
M'éloigner de vous.

COLOMBINE.
Oui; mais
Sans pouvoir vous en défendre,
Vous restez, (bis) seigneur Léandre.

LEANDRE.

AIR 066,Malheureuse journée ou Dans les gardes françaises.


Non, je quitte Isabelle;
Le dessein en est pris.
Loin de cette infidéle,
Et même de Paris,
Dans ma fureur extrême,
Je vais porter mes pas.
(il veut s'en aller)

COLOMBINE.
Qu'on est fou , quand on aime!
Ne vous en allez pas.

ISABELLE.

AIR 067,Tes beaux yeux ma Niicole ou Il pleut, il pleut, bergère.



Colombine?

COLOMBINE.
Madame?

ISABELLE.
Quoi! vous le retenez!

COLOMBINE.
Dans le fond de votre âme
Vous me le pardonnez.

ISABELLE.
Je vais prendre la fuite,
Puisqu'il demeure ici :
Sa présence m'irrite...
'(Elle veut s'en aller.)

COLOMBINE, la retenant.
Je vous arrête aussi.

ISABELLE. à Colombine.

AIR 028, ou Allons, gai, toujours gai.




Ah! craignez ma colère!

COLOMBINE.
Je veux servir vos feux.
Cà, par mon ministère,
Faites la paix tous deux.
Allons, ,gai,
D'un air gai, etc.

LEANDRE

AIR 032,On n''aime point dans nos forêts ou Chantez, dansez, amusez-vous.



Colombine arrête. Je vois
Que tu prends un soin inutile.

ISABELLE.
Il est tout détaché de moi.

COLOMBINE.
Allons, changeons vite de style;
La main...

LEANDRE, donnant la main à Isabelle.
Là voilà.

ISABELLE, donnant la sienne à Léandre.
J'y consens.

COLOMBINE.
Vous devenez obéissant.

ISABELLE, à Léandre.

AIR 019, Mon père je viens devant vous ou Je suis encor dans mon printemps
(d'uneFolie)


Je suis trop prompte à revenir.
COLOMBINE.
Cela marque un bon caractère

ISABELLE.
Et j'aurais dû, pour vous punir,
Garder plus longtemps ma colère.
Pour vous, Léandre, en fais-je assez?

LEANDRE.
Oui, tous mes soupçons sont passés.

COLOMBINE.

AIR 033,Ma mère, mariez-moi ou Tout amant, comme le vent.



Soupirants,
Vos différends
Vous sont d'un grand secours;
Ils irritent vos amours.
Souvent près d'une belle,
Une querelle
Fait le bonheur
D'un tendre coeur.

LEANDRE.

AIR 041,Menuet d'Hésione ou Sous un ciel pur et sans nuages.
(Ninon chez mme de Sévigné)



Eh!.me pardonnez-vous, madame,
Un transport injuste et jaloux?

ISABELLE.
Je le pardonne à votre flamme.
Je veux plus faire encor pour vous.


AIR 013,Voulez-vous savoir qui des deux ou Monsieur le prévot des marchands.




Pour vous prouver ma bonne foi,
Je veux avoir auprès de moi
Une suivante qui m'éclaire :
Que j'en reçoive une de vous;
Je juge cela nécéssaire
Au repos d'un esprit jaloux.

LEANDRE.

AIR 042,Comme un coucou que l'amour presse ou Jupiter prete-moi ta foudre



D'un valet pour vous plein de zèle
Je veux de même être éclairé
Qu'il vous rende un compte fidèle
De tous les pas que je ferai.

COLOMBINE, à Léandre.
Tope.

AIR 003,Quand je tiens de ce jus d'octobre ou Je l'ai planté, je l'ai vu naitre


Allons donc chercher une fille,
Et surtout choisissez-la bien;
Car nous vous donnerons un drille...

LEANDRE.
Oh! mon enfant, je ne crains rien.
(En s'en allant, il dit :)
Je vais vous l'envoyer.

COLOMBINE.
Euh! le jaloux!

SCENE II.
ISABELLE, COLOMBINE.

ISABELLE.

AIR 025,Quel plaisir de voir Claudine ou Si vous sentez dans vos âmes.



Mais comment allons-nous faire?
Où prendrons-nous un valet?

COLOMBINE.
Allez, je sais un compère
Qui sera bien votre fait.


AIR 069,Branle de Metz ou Ta plainte me désespère
(chanson de Collé)



C'est un garçon discret, sage,
Qui jamais ne s'enivra;
Il est fidèle, il fera
Prudemment ce personnage :
Bien fin qui le trompera.
Je n'en dis pas davantage.
Bien fin qui le trompera.

ISABELLE.
Voilà ce qu'il nous faudra.


COLOMBINE.
AIR 012, Réveillez-vous, belle endormie.


Dans le voisinage il demeure.
Madame, je vais le trouver.

ISABELLE, rentrant chez elle.
Amène-le moi tout à l'heure.
COLOMBINE.
Vous allez le voir arriver.


SCENE III

COLOMBINE, ARLEQUIN, SCARAMOUCHE.

ARLEQUIN, à Colombine.

AIR 081, Les Filles de Nanterre ou La Liberté préside



Eh! bonjour, ma charmante.

COLOMBINE, voulant s'en aller.
N'arrêtez point mes pas.

SCARAMOUCHE, lui prenant le bras.
Quelle affaire pressante...

COLOMBINE, se débarrasant.
Vous ne la saurez pas.
(Elle s'en va.)

SCENE IV.

ARLEQUIN, SCARAMOUCHE.

ARLEQUIN.

AIR 052, Robin, turelure lure.


Un de nous deux lui fait peur.

SCARAMOUCHE.
Ce n'est pas moi, je l'assure;
Je connais trop bien son coeur.

ARLEQUIN, riant.
Turelure,

Et moi trop bien sa figure;

SCARAMOUCHE, se moquant.
Robin, turelure lure.


AIR 041, Menuet d'Hésione ou Sous un ciel pur et sans nuages
(Ninon chez mme de Sévigné.)



Ami, laissons-là Colombine;
Allons en rivaux généreux
Vider chacun une chopine.

ARLEQUIN.
J'en boirai quatre, si tu veux.

SCENE V

ARLEQUIN, SCARAMOUCHE, LEANDRE.

LEANDRE

AIR 036,Je ne suis né ni Roy ni Prince ou De tous les capucins des mondes.


Je cherche partout Scaramouche,
Pour une affaire qui me touche.

SCARAMOUCHE, à Léandre.
Vous le rencontrez à propos.
Seigneur qu'avez-vous à me dire?

LEANDRE
Je vais te l'apprendre en deux mots.

ARLEQUIN, voulant s'en aller.
Adieu, messieurs, je me retire.

SCENE V

ARLEQUIN, SCARAMOUCHE, LEANDRE.

LEANDRE

AIR 036,Je ne suis né ni Roy ni Prince ou De tous les capucins des mondes.


Je cherche partout Scaramouche,
Pour une affaire qui me touche.

SCARAMOUCHE, à Léandre.
Vous le rencontrez à propos.
Seigneur qu'avez-vous à me dire?

LEANDRE
Je vais te l'apprendre en deux mots.

ARLEQUIN, voulant s'en aller.
Adieu, messieurs, je me retire.

LEANDRE, l'arrêtant.

AIR 013,Voulez-vous savoir qui des deux ou Monsieur le prevot des marchands.


Non, Arlequin, demeure ici;
Tu peux me servir en ceci.
Je veux mettre auprès d'Isabelle
Une suivante de sa main,
Qui puisse me répondre d'elle.

SCARAMOUCHE.
Monsieur, tout Paris en est plein.

LEANDRE.

AIR 003,Quand je tiens de ce jus d'octobre ou Je l'ai planté, je l'ai vu naitre.


Oui; mais mon esprit susceptible
D'alarmes, de soupçons jaloux,
Veut une fille incorruptible.

ARLEQUIN.
Où diable la pêcherez-vous?

SCARAMOUCHE, revant.


AIR 002,Quand le péril est agréable ou En vain la fortune ennemie.


Je pense à certaine grisette....
Mais non...il faut pour ce projet,
Qu' Arlequin... Oui, c'est notre fait;
Qu'il fasse la soubrette.

LEANDRE.
Arlequin !
SCARAMOUCHE.
Oui, Arlequin.


AIR 032, ou Chantez, dansez, amusez-vous. (Rosière)


En femme il se déguisera.

LEANDRE.
Lui !
SCARAMOUCHE.
Pourquoi non?
LEANDRE.
Quelle folie !

SCARAMOUCHE.
Comptez de plus qu'il passera
Pour une brunette jolie.

ARLEQUIN, minaudant.
J'ai même, je vous en réponds,
Des femmes tous les airs fripons.

LEANDRE.


AIR 019, Mon père je viens devant vous ou Je suis encor dans mon printemps.
(d'une Folie)


Hé bien, j'y consens, c'en est fait,
Mais une chose m'embarrasse;
Arlequin d'Octave est valet,
Peut-il abandonner sa place?

SCARAMOUCHE.
Oh ! vraiment, il n'est plus chez lui.

ARLEQUIN.
Non; j'en suis sorti aujourd'hui.

LEANDRE.

AIR 084, Nous n'avons qu'un temps à vivre.


Il faut de la diligence.
Allons donc dès ce moment
Concerter avec prudence
Tous trois ce déguisement

SCENE VI.

ISABELLE, seule.

AIR 042, Comme un coucou que l'amour presse ou Jupiter, prete- moi ta foudre.


J'attends avec impatience
De Colombine le retour...
Mais vers moi quel homme s'avance?

SCENE VII.

ISABELLE, COLOMBINE, en habit d'Arlequin.

COLOMBINE, salue Isabelle après lui avoir fait plusieurs gestes arlequiniques, et lui dit, en achevant l'air qu' Isabelle a commencé :

Peut-on vous donner le bonjour?


AIR 018, Lanturlu .


Vous avez affaire
D'un fin surveillant,
Qui pour vous éclaire
Les pas d'un galant.
J'ai du savoir-faire...

ISABELLE.
Soyez donc le bien venu.

COLOMBINE, se démasquant.
Lanturlu, lanturlu, lanturelu.

ISABELLE.

AIR 020, Qu'on apporte bouteille.


Ah ! que vois-je paraitre?
Juste ciel ! te voilà !

COLOMBINE.
Si vos yeux m'ont pu méconnaitre,
J'augure fort bien de cela.

(Colombine remet son masque, et, recommençant à faire des gestes arlequiniques,
elle dit : )

AIR 048, Bannissons d'ici l'humeur noire ou Tout est charmant chez Aspasie.
On n'y voit point de différence;
Tout le monde va s'y tromper.
Vous voyez comme à l'apparence
On peut se laisser attraper.

AIR 036 Je ne suis né niRoy ni Prince ou De tous les capucins du monde.
Va-t-en hardiment chez Léandre;


Pour fille on ne t'y saurait prendre,
Très facilement de ce pas
Tu te vas te tirer.

COLOMBINE.
Je l'espère;
Pourvu qu'on ne me fasse pas
Subir un examen sévère.

ISABELLE.


AIR 003, Quand je tiens de ce jus d'octobre ou Je l'ai planté, je l'ai vu naitre


Va donc.
COLOMBINE, revant.
Mais pourtant, quand j'y pense,
Souvent, dans ces occasions,
Il en coute un peu d'innocence.

ISABELLE.
Ne fais point de réflexions.

COLOMBINE.

AIR 091, Un soir après roquille


La démarche est gaillarde;
Il faut cependant
Que je vous hasarde
Ce coup imprudent.
ISABELLE.
Pars.

COLOMBINE.
Allons, que le ciel me garde
De tout accident.

SCENE VIII

ISABELLE, ARLEQUIN , en femme.

ISABELLE, à part.

AIR 012, Réveillez-vous belle endormie


Voici sans doute la soubrette
Qui doit demeurer près de moi.
Cette fille n'est pas mal faite.

ARLEQUIN, à part.
Je vais bien remplir mon emploi.

Arlequin s'approche d'Isabelle, et lui fait plusieurs révérences d'un air précieux.


Je viens de la part de Léandre

ISABELLE.

Ah ! j'applaudis fort à son choix !
De sa main je veux bien vous prendre;
Avec plaisir je vous reçois.

ARLEQUIN.

AIR003 Quand je tiens de ce jus d'octobre ou Je l'ai planté, je l'ai vu naitre.


J'ai déjà beaucoup de service;
J'ai taté de trentes maisons.

ISABELLE.
Ne changez-vous point par caprice?

ARLEQUIN.
J'ai toujours de bonnes raisons.


AIR 042,Comme un coucou que l'amour presse ou Jupiter prete-moi ta foudre.


Un air de beauté, ma jeunesse,
Dans toutes mes conditions,
Suscite à ma vertu sans cesse
De vives persécutions.

ISABELLE.
La pauvre enfant !

ARLEQUIN.

AIR 022, La faridondaine.


J'ai servi chez un vieux marquis,
Où je ne reatais guère.
Après moi couraient père, fils,
Intendant, secrétaire;
J'enflammai jusqu'au marmiton,
La faridondaine,
La faridondon;
Mais mon coeur en fut attendri,
Biribi,
A la façon de Barbari,
Mon ami.

ISABELLE.
Et d'où sortez-vous présentement?

ARLEQUIN.

AIR 032, On n''aime point dans nos forêts ou Chantez, dansez, amusez-vous.

Je sors de chez un procureur,
Où deux grands clercs plein de malice
M'appelaient ma poule, mon coeur.
J'ai fui; j'ai bien vu l'artifice.
Toute soubrette en pareil cas,
Comme moi ne déloge pas.

 


SCENE IX

ISABELLE, ARLEQUIN, LE DOCTEUR, PIERROT.

LE DOCTEUR, à Isabelle. 

AIR 042, Joconde. 


Ma fille, je vais de ce pas
M'informer de Léandre.
C'est un garçon dont je fais cas;
J'en veux faire mon gendre,
Si son bien...

(Apercevant Arlequin)

Mais apprenez-moi
Quelle est cette charmante.

PIERROT, à part, regardant Arlequin.
Elle est bien drôle, par ma foi.

ARLEQUIN, faisant de profondes révérences au docteur.
Je suis votre servante.

ISABELLE.

AIR 092, Amis sans regretter Paris.

C'est une fille que je prends
J'ai chassé Colombine.

LE DOCTEUR.
Pourquoi?

ISABELLE.
Pour ses airs insolents :
C'était une coquine.


AIR 002, Quand le péril est agréable ou En vain la fortune ennemie.


Je serai, je crois, plus contente
De celle-ci.
LE DOCTEUR.
C'est donc ton fait!
ISABELLE.
Oui.
PIERROT.
Moi je suis fort satisfait
De sa mine innocente.

ISABELLE.
AIR 026, ou Et zon, zon, zon, Lisette, la Lisette.


En elle nous avons
Un trésor de sagesse.

ARLEQUIN, se rengorgeant.
Oh! je vous en réponds!
Je suis une Lucrèce.
Et zon, zon, zon,
Lisette, la Lisette,
Et zon, zon, zon,
Lisette, la Lison.


AIR 093, ou Gardons nos moutons.


Lorsqu'un muguet d'un tendre ton
Auprès de moi caquette,
Et met la main sous mon menton,
L'honneur me dit : Lisette,
Gardez vos moutons,
Lisette, Lison,
Liron, Liré, Lirette.

LE DOCTEUR.


AIR 012, ou Réveillez-vous belle endormie.


Je vais donc m'éclaircir en père
Des facultés de votre amant;
S'il a bien qu'on dit, l'affaire
Se terminera promptement.
(Il se'n va.)

SCENE X

ISABELLE, ARLEQUIN, PIERROT.

ISABELLE.


AIR 067,Tes beaux yeux ma Niicole ou Il pleut, il pleut, bergère


Moi, je vais à Léandre
Ecrire sur cela.
(à Arlequin.)
Vous n'avez qu'à m'attendre.
( Elle rentre. )

SCENE XI

ARLEQUIN, PIERROT.

PIERROT, continuant l'air.
Moi, pendant ce temps là,
Je vous dirai, brunette,
Que déjà vos appas
Font que...Pierrot souhaite...
Ne m'entendez-vous pas?

ARLEQUIN.
Non.

PIERROT.

AIR 048 Bannissons d'ici l'humeur noire ou Tout est charmant chez Aspasie.


Hé bien! je vais, ne vous déplaise,
Parler un peu plus clairement.
Regardez : seriez-vous bien aise
D'avoir Pierrot pour votre amant?

ARLEQUIN, avec emportement.

AIR 004, ou O reguingué, ô lon lan la.

O ciel! quel téméraire aveu!
Ma pudeur en est tout en feu,
O reguingué, ô lon lan la,
M'oser parler d'amour en face!
Quelle insolence! quelle audace!

PIERROT.
Diable!

ARLEQUIN,

(même air)air n° 004.
Hé! pour qui donc me prenez-vous?

PIERROT.
Ne vous mettez point en courroux,
O reguingué, ô lon lan la ;
Ne faites point tant la méchante,
Je sais réduire une servante.

AIR 094, ou Quand il vient des filles; ou les Rats.


Quand il vient des filles
Demeurez chez nous,
Sont-elles gentilles,
Je prends un air doux :
Je suis comme un mouton près d'elles,
Et puis tout d'un coup
Je batifole autour des belles,
Et puis tout d'un coup,
Ma foi le mouton devient loup.

(Pierrot, après ce couplet, fait des caresses à Arlequin, qui le repousse.

Isabelle revient avec un billet à la main.)

SCENE XII

ISABELLE, ARLEQUIN, PIERROT.

ISABELLE, donnant la lettre à Arlequin .


AIR 095, Te bien aimer, ô ma chère Zélie.

Allez portez ce billet à Léandre,
Et revenez me trouver au logis.
(Isabelle rentre)

PIERROT, à Arlequin.
Jusqu'au revoir.
(Il suit Isabelle.)

ARLEQUIN.
Va sous l'orme m'attendre.
Cet animal me prend pour une...
( Il se met à danser en chantant)

Ta, la, la, ta, ra, la, la, la,
Ta, ra, la, la, la, ta, ra, la, la, la,

(Il reprend et achève le dernier vers du couplet précédent.)

Cet animal me prend pour une Iris.

SCENE XIII
ARLEQUIN, COLOMBINE.

COLOMBINE, à part.

AIR 012, Réveillez -vous belle endormie.

Quelle fille quitte Isabelle?

ARLEQUIN, à part.
Quel homme est-ce que j'aperçois?

COLOMBINE, à part.
C'est apparemment la donzelle
De notre amant. Ah! quel minois!
(encore à part.)


AIR 042,Comme un coucou que l'amour presse ou Jupiter, prête-moi ta foudre.


Pour rire abordons cette belle.

ARLEQUIN, à part.
Il m'en veut.

COLOMBINE, à part.
Il faut l'arrêter.

ARLEQUIN, à part.
Pour mieux lui paraître femelle,
Laissons-nous en un peu conter.

COLOMBINE, l'abordant.

AIR 096, Vous êtes jeune et belle.

A ce visage aimable,
A cet air charmant,
Déjà mon adorable,
Je deviens votre amant.
La brillante figure!
Devant vos appas
Tout homme, j'en jure,
Mettra pavillon bas.

ARLEQUIN, faisant la précieuse.


Fin de l' AIR 097, Tout amant comme le vent.


Tel qui nous rend hommage
N'est qu'un volage :
Défions-nous
D'un vent si doux.

COLOMBINE.


AIR 098, Pierr'Bagnolet ou Allez-vous-en gens de la noce.


Vénus n'eut jamais en partage
Plus d'attraits que vous , mon trognon,
Elle avait votre corsage,
Vos yeux, vos traits, votre chignon.

ARLEQUIN.
Fi donc! mignon.
Fi donc! mignon.

COLOMBINE.
Vénus n'eut jamais en partage
Plus d'attraits que vous , mon trognon.

ARLEQUIN.
En vous ripostant.
(même air.)
Vous êtes plus beau que Narcisse;
Il n'avait pas l'air si joli.

COLOMBINE.
Vous flattez.

ARLEQUIN.
Je rends justice.
Vous êtes un homme accompli.

COLOMBINE.

AIR 072, O gué, lon la, lan laire.


Faites-moi, mon infante,
Un doux destin.
Mon coeur s'impatiente.

ARLEQUIN.
Petit lutin,
Ne parlez plus comme cela.
Mon coeur dit : holà!
O gué lon la , lan laire,
O gué lon la.

COLOMBINE.

AIR 079, Talalerire.


Cédez à l'ardeur qui me presse.

ARLEQUIN, soupirant.
Mon coeur n'est que trop attendri :
Je ne puis cacher ma faiblesse;
Je vous choisis pour favori.

COLOMBINE, riant.
Qui choisit prend souvent le pire.

TOUS DEUX, riant.
Talaleri, talaleri, talalerire.

SCÈNE XIV.

ARLEQUIN, COLOMBINE, ISABELLE.

ISABELLE, à Arlequin.

AIR 015, Si dans le mal qui me possède ou Il n'est qu'un pas du mal au bien.


C'est donc ainsi qu'en diligence
Vous avez porté mon billet?

ARLEQUIN, montrant Colombine.
Prenez-vous-en à ce valet,
Il est en cause en conscience;
Ce drôle est venu m'amuser.

COLOMBINE.
Vous n'aimez pas mal à jaser.

ISABELLE.
Mais mon père paraît.

SCÈNE XV.

ISABELLE, COLOMBINE, ARLEQUIN, LE DOCTEUR,
LÉANDRE, GENS DE LA NOCE.

LE DOCTEUR.

AIR 060, Pour passer doucement la vie ou Philis plus avare que tendre.


Ma fille, je viens vous apprendre
Que je vous donne pour époux
Votre amant le seigneur Léandre.
A cet hymen préparez-vous.

LÉANDRE, après avoir baisé la main d'Isabelle.

AIR 002, Quand le péril est agréable ou En vain la fortune ennemie.


Pour célébrer notre hyménée,
Nos amis nous suivent ici.

LE DOCTEUR, montrant Arlequin et Colombine.
De ces enfants il faut aussi
Joindre la destinée.

ARLEQUIN, riant.
Nous marier, nous! ha, ha, ha, ha.

COLOMBINE, riant aussi.
Hé, hé, hé, hé, hé.

ARLEQUIN, se moquant de Colombine.


AIR 047, Lon lan la, derirette.


Ah! qu'un si bel engagement
Vous promet de contentement!
Lon lan la, landerirette.

COLOMBINE, se moquant à son tour.
Ah! qu'il vous en promet aussi!
Lon lan la deriri.


AIR 077, La verte jeunesse ou Au clair de la lune.

Charmante soubrette,
Recevez ma foi.
Quel époux, brunette,
Vous aurez en moi!
Je parais en drille
De bonne façon;
Mais je suis, ma fille,
Un pauvre garçon.

ARLEQUIN.
Et moi une pauvre fille.

COLOMBINE, se démasquant.

AIR 037, La bonne aventure, ô gué!


J'ai du sexe masculin
La seule figure.
Je suis Colombine enfin.

ARLEQUIN, montrant sa culotte.
Et moi, je suis Arlequin.

TOUS DEUX.

La bonne aventure ,
Ô gué!
La bonne aventure!
( Ils s'embrassent.)

Les amis du docteur et ceux de Léandre forment une danse qui finit la pièce.

Fin d'Arlequin Colombine

 

 

 

 

 

 
 

 

Date de dernière mise à jour : 13/04/2017

×