Tombeau de Nostradamus

Présentation

 

Alain-Rene LESAGE

LE TOMBEAU DE NOSTRADAMUS

Pièce d'un Acte
Représentée à la Foire Saint-Laurent en 1714

PERSONNAGES

OCTAVE, mari d'Isabelle
ISABELLE
ARLEQUIN
NOSTRADAMUS
un MAGICIEN
deux Jeunes Gens
une MEUNIERE
PIERROT, son garde-moulin
une AVENTURIERE, arlequin
Troupe de Provencaux et Provencales

La scène est à Salon, ville de Provence

Le théâtre représente la ville de Salon en Provence. On voit dans l'enfoncement le tombeau de Nostradamus.

--------------------------------------

 

 

scènes I et II


SCENE I
OCTAVE ARLEQUIN

AIR 024 Tu croyais en aimant Colette ou Reveillez-vous belle endormie 

C'est lui, c'est Ooctave lui-même/ Que tu vois mon cher Arlequin
(il embrasse Arlequin)
Arlequin, fouillant dans la poche d'Octave

Ah Monsieur, ma joie est extrême/ De pouvoir...

Octave, le surprenant

Que fais-tu coquin ?

ARLEQUIN

AIR 003 Quand je tiens de ce jus d'octobre ou Je l'ai planté, je l'ai vu naitre 

Monsieur, excusez l'habitude..../ Qu'avez-vous fait depuis deux ans ?
OCTAVE.
Je sens la peine la plus rude;/ Rien n'est égal à mes tourmens.

ARLEQUIN;

AIR 012, ou réveillez-vous, belle endormie.

 
Pourquoi donc?
OCTAVE
Tu sais qu'à Florence/ Mon coeur, d'Isabelle charmé,/ Dans le mystère
et le silence/Goûtait le plaisir d'être aimé.

ARLEQUIN
( même air. )

Hé bien ! cette tendre maîtresse....

OCTAVE
Depuis six mois j'en suis l'époux./ L'hymen redouble ma tendresse ;/
Mais, hélas ! Je deviens jaloux .

AIR 042 Comme un coucou que l'amour presse ou Jupiter, prête-moi ta foudre 

Une nuit je trouve avec elle/ Un homme seul dans son jardin./
Cet objet trouble ma cervelle :/ De l'homme je perce le sein .

ARLEQUIN, se laissant tomber.
Ouf !
OCTAVE

AIR 007 Menuet de M. d Grandval ou Tu croyais, en aimant Colette. 

Il tombe à mes pieds.Isabelle/ De peur sent glacer ses esprits./
D'une voix faible elle m'appelle/ Mais je la qutte avec mépris.
ARLEQUIN
AIR 060 Pour passer doucement la vie ou Philis, plus avare que tendre 

Elle était peut-être innocente.
OCTAVE
C'est ce que depuis j'ai pensé.
ARLEQUIN
Oui; mais, dans votre humeur bouillante,/ L'homme à bon compte fut percé.
AIR 013 Voulez-vous savoir qui des deux ou Monsieur le prévôt des marchands. 

Mais enfin que devint, seigneur,/ Isabelle après ce malheur ?
OCTAVE
J'ai su qu'elle a quitté Florence,/ Et qu'elle me cherche en tous lieux.
ARLEQUIN
La pauvre femme ! En conscience,/ Les larmes m'en viennent aux yeux.
OCTAVE
AIR 032 On n'aime point dans nos forêts ou Chantez, dansez, amusez-vous (Rosière) 

J'en ai partout, cher Arlequin,/ Fait une recherche inutile./
Pour être instruit de son destin,/ Je suis venu dans cette ville./
Je prétends ouvrir le tombeau/ De Nostradamus.
ARLEQUIN
Ah ! tout beau !
AIR 019 Mon père je viens devant vous ou Je suis encor dans mon printemps 

Un funeste sort est prédit/ A celui qui l'osera faire.
OCTAVE
Cette fable n'est en crédit/ Que chez le crédule vulgaire./
Je sais, moi, que qui l'ouvrira / D'un parfait bonheur jouïra.
ARLEQUIN, sur le ton du dernier vers.
Oui; mais qui diable l'osera ?
OCTAVE

AIR 036 Je ne suis né ni roi ni prince ou De tous les capucins du monde 

Ami, toute cette science/ Consiste en une circonstance./
Pour exécuter ce projet,/ Il ne faut qu'embrasser d'emblée/
Fièrement le premier objet/ Qui sortira du mausolée.
ARLEQUIN
AIR 011 ou Le fameux Diogène 


Si l'objet est aimable,/ De figure agéable,/ Moi, je le baiserai.
OCTAVE
Et s'il est effroyable ?
ARLEQUIN
Je fuirai comme un diable.
OCTAVE
Moi je l'embrasserai.

AIR 002 Quand le péril est agréable ou En vain la fortune ennemie 

Je vais donc faire l'ouverture/ De ce tombeau mystérieux.
ARLEQUIN
Le ciel nous préserve tous deux/ De mauvaise aventure !

Octave frappe sur le mausolée qui s'ouvre. Il en sort d'abord un
monstre affreux qui vomit des tourbillons de feu. Arlequin s'enfuit
de peur, mais l'intrépide Octave embrasse le monstre qui s'abîme
aussitôt, et un magicien noir parait.


SCENE II

OCTAVE, LE MAGICIEN.

LE MAGICIEN

AIR 080 Bouchez naïades vos fontaines ou Qu'auprès d'un jeune homme on étale. 

Mortel qui dans cette retraite/Viens consulter le grand prophète,/Tu vas le voir en ce moment./Depuis plus de deux cents années/Il écrit dans ce monument/Ce qu'ont réglé les destinées.

Le magicien donne un coup de baguette sur le tombeau, qui s'ouvre entièrement de l'intérieur. Nostradamus y paraît dans un fauteuil. Il écrit sur une petite table d'ébène; Autour de lui sont rangés plusieurs bouquins. Il a la tête couverte d'un bonnet violet à longues oreilles, une barbe blanche qui lui descend jusqu'à la ceinture, et une robe de même couleur, parsemée de caractères talismaniques


 
 

 

scènes III à VII

SCENE III

NOSTRADAMUS, OCTAVE.

Nostradamus s'avançant vers Octave.

AIR 046 ou de Joconde


Octave, ne vous plaignez plus/D'avoir le sort contraire ;/Dès aujourd'hui Nostradamus/Va vous tirer d'affaire./Mais, s'il vous plaît, corrigez-vous/De votre violence;/Et ne soyez pas plus jaloux/Que les maris de France.
( même air )
L'homme que vous avez percé/N'a pas perdu la vie./Il ne vous a point offensé/Je vous le certifie./Vous reverrez dans un moment/
Votre épouse Isabelle.

OCTAVE.
Ah! seigneur quel ravissement!/Mais est-elle fidèle ?

NOSTRADAMUS.

AIR 028 ou Allons, gai, d'un air gai.


N'ayez de sa sagesse/Aucun soupçon, mon fils,/Quoique votre princesse/Ait vu bien du pays./Allons, gai,/D'un air gai, etc.

OCTAVE.

AIR 081 Les filles de Nanterre ou La liberté préside


Seigneur, daignez la rendre/A mes ardents désirs.

NOSTRADAMUS.
C'est trop vous faire attendre ;/Hâtons donc vos plaisirs.

AIR 082 La jeune abbesse de ce lieu ou Jetez les yeux sur ce portrait


Démons, à me plaire empressés,/Farfadets, follets qu'on m'entende/ ;/Tous à ma voix obéissez :/Cest maître Michel qui commande./Hâtez-vous de m'amener ici/La femme de ce seigneur-ci
( même air )
Cet ordre est des plus importants :/Qu'il ne rencontre point d'obstacles ;/Et publiez en même temps/Que je vais rendre mes oracles :/Qu'aujourd'hui je veux bien écouter/Ceux qui viendront me consulter .

On voit en cet endroit plusieurs démons ailés qui sortent du fond du mausolée et s'envolent. Ils reviennent à l'instant, et Isabelle paraît

SCENE IV

NOSTRADAMUS, OCTAVE, ISABELLE

NOSTRADAMUS

AIR 020 ou Qu'on apporte bouteille


Voyez votre Isabelle;

OCTAVE, étonné..
Eh quoi ! dans le moment !...

NOSTRADAMUS, souriant
Un seigneur qui veut une belle/Est-il servi plus promptement ?

ISABELLE, surprise

AIR 010 ou ne m'entendez-vous pas ?


Est-ce une vision ?/En croirai-je ma vue ?/Ah ! je la crois déçue/Par une illusion !

OCTAVE
Non, chère épouse, non .

NOSTRADAMUS
( même air . )
A des transports si doux/Livrez-vous sans contrainte /Bannissez toute crainte

ISABELLE
Je revois mon époux .

NOSTRADAMUS
Allons, embrassez-vous .
( Ils s'embrassent )

OCTAVE à Isabelle

AIR 083 Je me ris de qui fait le brave ou Allez vous-en, gens de la noce

Remercions ce grand prophète/De tout ce qu'il a fait pour nous .

NOSTRADAMUS
Une félicité parfaite/Mes enfants, vous attend chez vous .

OCTAVE ET ISABELLE
Nous vous remercions, prophète,/De toutes vos bontés pour nous .

Octave et Isabelle saluent respectueusement Nostradamus en lui baisant les mains et se retirent. Il entre deux jeunes gens qui se donnent des airs de petits maîtres

Scène V

NOSTRADAMUS, DEUX JEUNES GENS

1er JEUNE HOMME

AIR 079 ou Talarerire


Papa Nostradamus, de grâce,/Jugez nous en dernier ressort./Ce marquis prétend que sa race/Vaut la mienne : il se trompe fort/De ma maison daignez l'instruire

2eme JEUNE HOMME, d'un ton railleur
Talaleri, talareri, talalerire
( même air )
Cet orgueilleux discours me blesse ;/Mais j'en serai bientôt vengé.

1er JEUNE HOMME
J'ai quatre cents ans de noblesse

2eme JEUNE HOMME
Je date du temps de Noé/Maître michel va vous le dire

1er JEUNE HOMME, d'un ton moqueur
Talaleri, talareri, talalerire

Nostradamus les regarde l'un après l'autre en souriant, et leur dit :

NOSTRADAMUS

AIR 003 Quand je tiens de ce jus d'octobre ou je l'ai planté,je l'ai vu naître 

Là-dessus, à moins que l'histoire,/Certes, ne vante vos aïeux,/Mes amis, voulez-vous m'en croire ?/Ne soyez point trop curieux

2eme JEUNE HOMME
AIR 063 J'ai fait souvent résonner ma musette ou Te bien aimer, ô ma chère Zélie



Révélez-nous seigneur, notre naissance/Je ne crains rien

1er JEUNE HOMME
Ni moi, sans vanité

NOSTRADAMUS
Le voulez-vous ?
2eme JEUNE HOMME
Parlez sans complaisance .
1er JEUNE HOMME
Dîtes-nous tout avec sincérité

NOSTRADAMUS

AIR 044 J'entends déjà le bruit des armes ou Tout roule aujourd'hui dans le monde

Hé bien ! il faut vous satisfaire :/Je vais tout à l'heure à vos yeux/Faire paraître, pour vous plaire,/Les trois derniers de vos aïeux ./Leurs mânes, par mon ministère/Vont être attirés en ces lieux .

Nostradamus fait avec sa baguette des gestes de cabaliste. Il remue les lèvres et paraît agité de mouvements convulsifs . Ensuite il dit au premier jeune homme de regarder. Dans le moment, on voit passer un vieux gentilhomme de campagne, après lui un bailli de village, qui est suivi d'un meunier.

1er JEUNE HOMME, apercevant le meunier, dit avec des marques de désespoir.
Un meunier !

NOSTRADAMUS, au second jeune homme
A vous le dé .

Il passe l'un après l'autre un gros homme richement vêtu, un petit commis aux aides, la rouanne à la main, et enfin un cocher.

2eme JEUNE HOMME, apercevant le cocher, et poussant un cri de douleur;
Un cocher !

Ils sortent tous deux, plein de rage et de confusion, sans prendre congé de Nostradamus.

Scène VI

NOSTRADAMUS, seul

AIR 002 Quand le péril est agréable ou En vain la fortune ennemie

On voit bien de ces caractères,/Principalement à Paris./Ah ! que des gens seraient surpris,/S'ils voyaient leurs grands-pères !

SCENE VII
NOSTRADAMUS, UNE MEUNIERE, PIERROT, Garde Moulin.
PIERROT
AIR 023 ou Laire la, laire lanlaire.



Comme vous êtes grand devin,/Et que vous savez du latin,/Je venons à vous pour affaire./Laire la, laire lan laire/Laire la/Laire lan la.

LA MEUNIERE
( même air )
Seigneur, je vis depuis six ans/Sans mari.
NOSTRADAMUS
Peste ! c'est du temps,/Pour une si jolie meunière !
PIERROT, riant
Laire la, etc

LA MEUNIERE
AIR 039 ou Dondaine, dondaine

 
Un matin ( croiriez-vous cela ? ) bis/Sans rien me dire il s'en alla;/Dondaine, dondaine
PIERROT
J'ai depuis ce temps-là/Toute la peine;

LA MEUNIERE
AIR 042 Comme un coucou que l'amour presseou Jupiter, prête-moi ta foudre

Il est vrai que comme un satyre/Pierrot travaille nuit et jour
NOSTRADAMUS, souriant d'un air malin
Le reste, vous ne l'osez dire :/Vous sentez pour lui de l'amour

PIERROT
AIR 003 Quand je tiens de ce jus d'octobre ou Je l'ai planté, je l'ai vu naître 

Monsieur, alle est un peu honteuse/D' avouer cela devant vous
NOSTRADAMUS, souriant encore
Oh ! je sais qu'elle est amoureuse
LA MEUNIERE, d'un air d'innocence
Hé, mais....
NOSTRADAMUS
Belle, avouez-le nous.

PIERROT, à la meunière
AIR 016 ou Je reviendrai demain au soir


Eh ! morgué ! parlez sans façon.
LA MEUNIERE
Pierrot est un bon garçon. bis
PIERROT
Pourquoi tourner autour du pot ?/Dîtes j'aime Pierrot. bis

LA MEUNIERE
AIR 056 ou Landeriri


Oui, j'aime mon garde-moulin :/Ce garçon va droit son chemin,/Landerirette/
Il ne prend point de mauvais pli,/Landeriri.

NOSTRADAMUS
AIR 047 ou Lon lan-la, derirette


Vous en voulez faire un époux ?
LA MEUNIERE
Pour cela je m'adresse à vous,/Lon lan-la, derirette/Dîtes-moi si l'autre a péri.
NOSTRADAMUS, branlant la tête
Lon lan la, deriri
AIR 084 Si l'on menait à la guerre ou Nous n'avons qu'un temps à vivre


Il est encore plein de vie/Il s'est fait agioteur,/A Paris il vit, ma mie,/Déjà comme un grand seigneur;
AIR 085 ou Tout le long de la rivière

Un gros équipage ;/De l'or à foison ;/Seigneur d'un village,/Il a sa maison/Tout le long de la rivière,/Laire,/Lon lan la,/Tout le long de la rivière.
LA MEUNIERE
Ah ! qu'il fait bon là !
( à Pierrot )
( même air )
Je vais etre dame/Près de mon mari./Cherche une autre femme/
Va, mon favori,/Tout le long de la rivière,/Laire,/Lon lan la,/Tout le long de la rivière,
Je pars.
PIERROT, l'arrêtant
Halte-là
AIR 011 ou le fameux Diogène


Oh ! Je suis du voyage./Chez vous je serai page,/Ou, si l'on veut, portier./Ensuite de mon maître/J'exercerai peut-être/A mon tour le métier.
( Ils sortent tous deux )

 

 

SCENE VIII
NOSTRADAMUS, ARLEQUIN en Femme

ARLEQUIN
AIR 024Tu croyais en aimant Colette ou Réveillez-vous belle endormie


A partir demain je m'apprête/Pour Paris, grand Nostradamus/D'arriver là je me fais fête.
NOSTRADAMUS
Les tendrons y sont bien reçus
AIR 042 Comme un coucou que l'amour presse ou Jupiter, prête-moi ta foudre



Vous vous destinez au théâtre.
ARLEQUIN
Oui, seigneur, j'ai ce penchant-là ;/C'est un parti que j'idolâtre ;/Je suis folle de l'Opéra
NOSTRADAMUS
AIR 006 Grimaudin ou Guillot auprès de Guillemette



C'est un piédestal favorable/Pour une Iris/Il fait d'une fillette aimable/
Hausser le prix :/Pour peu qu'un minois soit joli,/On le voit bientôt établi
ARLEQUIN
AIR 086 Amis, ne parlons plus de guerre ou Air du négligé(de Monsieur Dechalumeaux)



Apprenez-moi, je vous conjure,/Si mes appas/A Paris vont faire figure/Et grand fracas/Regardez avec quelle grâce/Je vais danser.*
NOSTRADAMUS
Ce talent, quand il est en place, /Peut amorçer.


* Arlequin danse. Ce personnage fut fait par le sieur Baxter, l'Arlequin anglais, qui dansa le Caprice d'une manière digne de l"admiration de tous les spectateurs.

Après qu'Arlequin a dansé, Nostradamus lui dit :

AIR 052 ou Robin, turelure


Vous avez des pas vainqueurs,/Une appétissante allure/Vous allez de mille coeurs/Turelure/Faire à Paris la capture.
ARLEQUIN, sautant de joie
Robin turelure
AIR 009 Du cap de bonne espérance ou Livrons-nous à la tendresse


Daignez en détail me dire/Les exploits de mes beaux yeux.
NOSTRADAMUS
Attendez , je vais les lire,/Ils sont écrits dans les cieux.
( Il va chercher une longue lunette d'approche )
Je vais chercher ma lunette,/Vous saurez bientôt brunette/Tous les doux assassinats/Que vont faire vos appas.
ARLEQUIN, faisant la femme gracieuse, sur le ton des deux derniers vers
Oh ! sans vanité, je crois/Qu'il sera parlé de moi.


NOSTRADAMUS, après avoir observé le ciel
AIR 012 ou Réveillez-vous belle endormie


De biens et de maux, quel mélange !
ARLEQUIN
Que voyez-vous ?
NOSTRADAMUS
Premièrement,/Je vois un gros agent de change/Qui vous meuble un appartement.
ARLEQUIN
Bon ! me voilà déjà dans mes meubles


NOSTRADAMUS continuant d'observer
AIR 036 Je ne suis né ni roi ni prince ou De tous les capucins du monde



Que vois-je, l'aventure est drôle !/C'est un garçon marchand qui vole ;/De damas il fait un paquet,/Et le vol est de conséquence./Chez vous il le porte en secret,/Pour ébaucher la connaissance
ARLEQUIN
Cela va bien. Courage
NOSTRADAMUS, observant toujours
AIR 080 Bouchez, naïades, vos fontaines ou Qu'auprès d'un jeune homme on étale


Mais, ( ô disgrâce peu commune !... )
ARLEQUIN, d'un air fort agité
Apprenez-moi mon infortune.
NOSTRADAMUS
Ciel ! quel sinistre évènement !/Il va chez vous deux capitaines/Qui vont briser brutalement/Vos meubles et vos porcelaines
ARLEQUIN, se démenant
Hoïmé ! au guet ! au feu !


NOSTRADAMUS
AIR 019 Mon père, je viens devant vous ou Je suis encor dans mon printemps


Ce n'est pas tout, de l'Opéra...
ARLEQUIN
Hé bien ?
NOSTRADAMUS
Vous êtes écartée :/On vous trouve pour ce lieu-là/Ma belle, un peu trop effrontée
ARLEQUIN
Il n'est pas possible ! (parlé)
NOSTRADAMUS
Malgré cela, chacun vous suit
ARLEQUIN
Tant mieux, tant mieux ; je fais grand bruit


NOSTRADAMUS
AIR 046 ou de Joconde


Un magistrat bien informé/De tout votre mérite,/Par son cortège bien armé
Vous fait rendre visite.
ARLEQUIN
Oh ! oh ! C"est trop d'honneur
NOSTRADAMUS
Et de sa part, honnêtement,/On vous fait la prière/D'accepter un beau logement
A la Salpétrière
ARLEQUIN, s'en allant d'un air gai
Fin de l'air 087 ou Nanon dormait


Alons, allons
A la Salpétrière allons .

Scène IX
NOSTRADAMUS, Troupe de Provençaux et de provençales qui arrivent en dansant.
Les Provençaux et les Provençales viennent témoigner à Nostradamus
la joie qu'ils ont d'apprendre qu'il vit encore, et lui demandent sa protection.

UN PROVENÇAL
AIR 088 ou Dans notre village


Que chacun implore
Michel aujourd'hui ;
Cherchons son appui,
Ce grand prophète vit encore.
Chantons, dansons tous,
Réjouissons-nous.
TOUS ENSEMBLE
Chantons, dansons tous,
Réjouissons-nous.
Ils forment une danse qui est coupée par ce vaudeville :


VAUDEVILLE
AIR 089 (De monsieur Gillier) ou Ce cher objet sommeille encore.( des Amours d'été )



Premier couplet.
UN PROVENÇAL
Vous connaissez nos caractères :
Nos esprits sont un peu manceaux ;
Faîtes que tous les Provençaux
A Paris passent pour sincères.
NOSTRADAMUS
Pour Picards ils seront reçus.
LE PROVENÇAL, lui faisant la révérence
Vive Michel Nostradamus !
CHŒUR DE PROVENÇAUX ET DE PROVENÇALES
Vive Michel Nostradamus !
Deuxième couplet
UNE PROVENÇALE
Je cherche à me mettre en ménage ;
Mais je crains un mari jaloux.
Je voudrais trouver un époux
Qui d'un ami n'eût point ombrage.
NOSTRADAMUS
Voue en trouverez tant et plus
LA PROVENÇALE, lui faisant la révérence.
Vive Michel Nostradamus !
CHŒUR
Vive Michel Nostradamus !

Troisième couplet
UN PAYSAN
Je voudrais épouser Nicole,
Mais, tatigué, je sis trop fin :
Je m'aperçois qu'avec Colin
Tous les jours alle batifolle.
NOSTRADAMUS
Fais comme il fait, et rien de plus
LE PAYSAN, en le saluant
Vive Miché Nostradamus !
CHŒUR
Vive Michel Nostradamus !

Quatrième couplet
UNE PAYSANNE
Un riche fermier du village
M'a fait l'objet de ses amours :
Mais le fripon, dans ses discours,
Ne parle point de mariage.
NOSTRADAMUS
Contraignez-l'y par vos refus
LA PAYSANNE
Vive Michel Nostradamus !
CHŒUR
Vive Michel Nostradamus !

Cinquième couplet
UN PROVENÇAL
Calmez le trouble de mon âme
Catin, dont les yeux m'ont soumis ;
D'un vieux fermier de mes amis,
Catin va devenir la femme.
NOSTRADAMUS
Crains que ces nœuds ne soient rompus.
LE PROVENÇAL
Vive Michel Nostradamus !
CHŒUR
Vive Michel Nostradamus !

Sixième couplet
NOSTRADAMUS
Je vous promets mon assistance ;
J'aurai soin de combler vos vœux ;
Vous serez désormais heureux.
Allez avec cette assurance.
Partez; ne m'étourdissez plus.
Laissez en paix Nostradamus.
CHŒUR, en se retirant
Laissons en paix Nostradamus.

FIN DU TOMBEAU DE NOSTRADAMUS .

 


 
 

 

Date de dernière mise à jour : 06/02/2017

×