Fragments sur Lesage

I- Aperçu biographique

«LESAGE traversa la jeunesse orageuse des natures poétiquement douées. Il suivit les écoles de Bretagne et vint apporter à Paris le fruit encore vert de ses études; mais sa voix se perdit dans cette tour de Babel, et il lui fallut retourner dans son pays, où il passa six années dans les fermes du Roi, comptant beaucoup d'argent, mais sans y trouver la passion de l'argent. Il lui restait quelques débris de son patrimoine; il revint à Paris etlesageportrait.jpg étudia le droit; il prit bientôt le titre d'avocat, mais il paraît qu'il ne plaida pas même sa cause, car il lui fallait vivre au jour le jour; heureusement qu'il n'avait pas le souci du lendemain, ce créancier débonnaire pour la jeunesse qui passe toujours sa créance au surlendemain.

LESAGE en était là, ne sachant à quel dieu se vouer, quand une femme passa sur son chemin, une grande dame qui avait perdu un mari vieux et qui voulait le pleurer avec un mari jeune. Voilà LESAGE qui s'embarque à toutes voiles sur la mer agitée des passions; mais il avait oublié d'embarquer l'amour avec lui, ou plutôt l'amour fut noyé à la première tempête. C'est encore le privilège de cette noblesse de l'esprit, elle n'a pas d'argent et elle dédaigne l'argent. LESAGE peut épouser une fortune en épousant une femme, mais son cœur n'est pas là; il revient sur le rivage, prêt à s'embarquer avec la première venue si celle-là garde mieux son cœur. Qui le croirait? Ce fut rue de la Mortellerie que l'amour entraîna LESAGE; il quitta la femme de qualité et de quantité pour la fille d'un menuisier qui n'avait que sa beauté et sa vertu.Il l'épousa bravement à Saint-Sulpice et se trouva très heureux de ne devoir rien à personne, même à sa femme. Il avait confiance en son esprit.
image diable boiteuxCependant la quarantième année commençait à sillonner son front, et rien n'était encore sorti de là.  par un hasard étrange il fut joué en même temps à la Cour et à Paris. La cour donna raison à Don César Ursin, une comédie imitée de CALDERON et donna tort à Crispin rival de son maître, un petit chef-d'œuvre que MOLIERE a oublié de faire. De son côté, Paris applaudit à outrance Crispin rival de son maître et siffla Don César Ursin. Il résulta de ces deux jugements
beaucoup de bruit. LESAGE sortit de là déjà célèbre. La même année il imprima le Diable boiteux, cette satire transparente de ses contemporains;(...) Lesage avait trouvé sa voie : le roman et la comédie.» *

* In Arsene houssaye Histoire du 41e Fauteuil, pg 182-184

Image Magdeleine Horthemels,[Frontispice et page de titre :] El Diablo Voivelo. Le Diable boiteux.[Cote: microfilm R1493] source bnf

II-01 Lesage et le Theatre de Foire

Les auteurs de la Foire, pour exister, avaient à suivre un autre chemin que celui tracé par Molière.
Certaines pièces de Lesage, à cet égard, reprennent les catégories exploitées par la haute comédie, schémas de comédie d'intrigue, de moeurs, de caractère, tout en faisant la part belle aux formules comiques nées de l'inventivité des forains : pièces à écriteaux, à la muette, opéras comiques, marionnettes, monologues.
De telles pièces ont à témoigner de la diversité de ces spirituelles parades *, selon le mot d'un historien


* A Henry Histoire de la littérature française, Belin frères 1897 p.402
  

 

Date de dernière mise à jour : 05/09/2017

×