Fragments sur Lesage

I- Aperçu biographique

«LESAGE traversa la jeunesse orageuse des natures poétiquement douées. Il suivit les écoles de Bretagne et vint apporter à Paris le fruit encore vert de ses études; mais sa voix se perdit dans cette tour de Babel, et il lui fallut retourner dans son pays, où il passa six années dans les fermes du Roi, comptant beaucoup d'argent, mais sans y trouver la passion de l'argent. Il lui restait quelques débris de son patrimoine; il revint à Paris etlesageportrait.jpg étudia le droit; il prit bientôt le titre d'avocat, mais il paraît qu'il ne plaida pas même sa cause, car il lui fallait vivre au jour le jour; heureusement qu'il n'avait pas le souci du lendemain, ce créancier débonnaire pour la jeunesse qui passe toujours sa créance au surlendemain.

LESAGE en était là, ne sachant à quel dieu se vouer, quand une femme passa sur son chemin, une grande dame qui avait perdu un mari vieux et qui voulait le pleurer avec un mari jeune. Voilà LESAGE qui s'embarque à toutes voiles sur la mer agitée des passions; mais il avait oublié d'embarquer l'amour avec lui, ou plutôt l'amour fut noyé à la première tempête. C'est encore le privilège de cette noblesse de l'esprit, elle n'a pas d'argent et elle dédaigne l'argent. LESAGE peut épouser une fortune en épousant une femme, mais son cœur n'est pas là; il revient sur le rivage, prêt à s'embarquer avec la première venue si celle-là garde mieux son cœur. (...)
image diable boiteuxCependant la quarantième année commençait à sillonner son front, et rien n'était encore sorti de là.  par un hasard étrange il fut joué en même temps à la Cour et à Paris. La cour donna raison à Don César Ursin, une comédie imitée de CALDERON et donna tort à Crispin rival de son maître, un petit chef-d'œuvre que MOLIERE a oublié de faire. De son côté, Paris applaudit à outrance Crispin rival de son maître et siffla Don César Ursin. Il résulta de ces deux jugements beaucoup de bruit. LESAGE sortit de là déjà célèbre. La même année il imprima le Diable boiteux, cette satire transparente de ses contemporains;(...) Lesage avait trouvé sa voie : le roman et la comédie.» *

*In Arsene houssaye Histoire du 41e Fauteuil, pg 182-184

Image Magdeleine Horthemels,[Frontispice et page de titre :] El Diablo Voivelo. Le Diable boiteux.[Cote: microfilm R1493] source bnf

II-01 Lesage et le Theatre de Foire

Les auteurs de la Foire, pour exister, avaient à suivre un autre chemin que celui tracé par Molière.
Certaines pièces de Lesage, à cet égard, reprennent les catégories exploitées par la haute comédie, schémas de comédie d'intrigue, de moeurs, de caractère, tout en faisant la part belle aux formules comiques nées de l'inventivité des forains : pièces à écriteaux, à la muette, opéras comiques, marionnettes, monologues.
De telles pièces ont à témoigner de la diversité de ces spirituelles parades *, selon le mot d'un historien


* A Henry Histoire de la littérature française, Belin frères 1897 p.402
  

 

Sur la préface du Théâtre Espagnol de Lesage

 Après la publication d'un recueil hellénistique en 1695 Les lettres d'AristénèteAlain René Lesage fait paraître en 1700, sous couvert d'anonymat,   sa traduction de deux auteurs castillans : Francisco de Rojas pour Le traitre
                                                 lopedevegapuni et Lope de Vega pour Don Felix de Mendoce.

Ce volume comporte une préface qui se veut de portée plus générale.

Introduction


 Elle vise, selon l'auteur, les chofes dont il eft abfolument neceffaire que le Lecteur foit instruit .  Nécéssité d'instruction qui semble avoir tourné court. Le livre n'eût guère de succès. La représentation, sans doute espérée, d'au moins l'une des pièces  proposées ne se produisit pas .

C'est  seulement deux ans plus tard ( 1702) qu'une adaptation de Le Point d'honneur de F. de Rojas sera donnée à la Comédie Française, mais retirée après deux représentations.
___________________

 

D3000 lesage alain rene le theatre 1700 5 49727La phrase liminaire de la préface est nettement duale: d'un côté  le goût supposé du public , sa faveur qu'il faut obtenir, le mode optionnel ; de l'autre, pour l'auteur dramatique en devenir qu' est Lesage à cette époque, l'occasion d'exprimer une idée générale du théâtre qui ne soit pas seulement de circonstance, un mode affirmatif à décliner.

Le discours se partage entre deux types d'approche, celle critique des variations du goût du public  ; celle plus subjective , sinon d'un théoricien, d'un tempérament intellectuel à la recherche de sa vérité esthétique.
Dans un premier temps le théâtre espagnol qui s'affranchit de la fechereffe de l'intrigue
répond à l' imaginaire de l'auteur, mais ainsi que  le remarque un historien :

«Il se peut que l'indifférence témoignée à l'égard de ses traductions ait contribué aussi à ce qu'il cherchât à se frayer une voie nouvelle dans le sentier dramatique.» ¹

 Cheminement qui va  jusqu'à conduire Lesage, maintenant dramaturge confirmé, dans une direction opposée : la comédie de Turcaret qui n'a rien d'espagnol.
Toutefois, les idées exprimées de la préface ne sont pas abandonnées, en particulier cette critique de la sécheresse de l'intrigue dans le théâtre français.

Lors d' une scène intitulée Critique de la comédie de Turcaret par le Diable boiteux, publiée à part, mais longtemps donnée avec la représentation de la pièce, figure à nouveau cette critique de l'intrigue, dite par le personnage Asmodée :

        Don Cléofas.
 À ce que je vois, c'est un de vos amis que l'on vient de jouer.    Mais dîtes-moi Seigneur Asmodée, quel bruit est-ce que j'entends auprès de l'orchestre ?

         Asmodée.
C'est un cavalier espagnol qui crie contre la sécheresse de l'intrigue.
              Don Cleofas.
Cette remarque convient à un Espagnol. Nous ne sommes point accoutumés, comme les Français, à des pièces qui sont, pour la plupart fort faibles de ce côté là "

________________________
 

Les derniers pargraphes traitent d'un sujet qui  n'a plus de pertinence  aujourd'hui. Celui de la règle des trois unités au théâtre. L'aspect seulement littéraire masque, à l'époque, un phénomène culturel plus étendu, quasi épidermique. C'est à l'unité de lieu que Lesage réserve surtout un jugement négatif . Le merveilleux de l'intrigue des pièces espagnoles est, selon lui, lié à cette absence de contrainte. À l'appui d'une démonstration assez diffuse,  il cite l'exemple français de Corneille dans le Cid et la comédie du Menteur. Le résultat paraît réduire le merveilleux à l'ingéniosité dans l'art du déplacement.

_________________________
Les phrases de fin mettent à nouveau l'accent sur le mode optionnel. Que veut le Parterre ?  Que faut-il ajouter à ce qui manque, sans que cet  ajout soit en trop ? L'enjeu est celui d'un juste équilibre,  mais une sorte de  supplément embarrasse et embrasse la signification de cette préface.

L'influence de la littérature espagnole s'avèrera plus heureuse, plus libératrice, dans les romans.  Ce qui cause l'échec au théâtre devient motif de succès du romanesque. L'écrivain  Lesage dans une épitre au très illustre auteur Luis Velez de Guévara dont il emprunte la matière pour le Diable boiteux, déclare :

 «J'aurais fait gloire d'être votre traducteur ; mais j'ai été obligé de m'écarter  du texte,ou, pour mieux dire, j'ai fait un ouvrage nouveau sur le même plan. »

Il poursuit,déjouant l'origine du texte :

 «J'ai passé à Paris pour votre copiste et je n'ai été loué qu'en second.  Il est vrai, en récompense, qu'à Madrid, la copie a été  traduite  en espagnol et qu'elle y est devenue un  original. »  


_______________________

  Le théâtre espagnol du siècle d'or en France 

travaux d'histoire littéraire qui ont permis de renouveler l'attention portée aux débuts contrastés de l'écrivain 

________________________
¹ L'INFLUENCE DE L'ESPAGNE SUR LE THEATRE FRANÇAIS DES XVIII &XIXe SIECLES
PAR Guillaume HUSZÀR Paris Honoré Champion ed. 1912  page 50

 

 

Préface au Théâtre Espagnol *

CE n’eft point pour prévenir le Public en faveur de cette Traduction, que j’ay recours à une Préface , c’eft uniquement pour luy faire connoître mon deffein, qu’il ne peut découvrir par la lecture feule de cet Ouvrage. Tout le monde doit convenir que le Theatre François eft parvenu pour la pureté des mœurs, à un point de perfection inconnue aux autres Nations; on n’y peut rien ajouter touchant la politeffe, la douceur & les beautés de l'élocution.Tous les differens caracteres du ridicule y font peints avec des couleurs tres - vives & très - réjoüiffantes ; & fur ce fujet il femble qu’il ait confervé une fécondité qui ne s' épuife point: mais il faut avoüer auffi qu’on y voit une fechereffe d’intrigue étonnante; & je ne comprens pas pourquoy avec toute la delicateffe & tout le bon goût que nous avons, nos Auteurs, & les meilleurs mêmes,ont  négligé ce qui fans conteftation doit eftre réputé l 'ame & le principal fondement de toute l’acfion dramatique

D3000 lesage alain rene le theatre e1700 4 49727

  Je ne craindray point d’avancer que les Efpagnols en ont mieux jugé que nous, & qu’ils font nos maîtres a imaginer & à bien conduire une intrigue.Ils fçavent expofer leur fujet avec un art infini, & dans le jour le plus avantageux. Ils joignent à cela des incidens fi agréables, fi furprenans, & ils le font avec tant de variété , qu’ils paroiffent auffi inépuifables fur cette matière, que nos François le font fur la diverfite des caractères ridicules. Ce n' eft pas tout, les Pièces Efpagnoles font remplies de contre-temps ingénieux , de contrariétés dans les deffeins des Acteurs , & de mille jeux de Theatre qui reveillent à tout moment l’attention du fpectateur. Enfin leurs intrigues ont prefque toutes du merveilleux ; mais ce merveilleux ne donne pas dans le fabuleux & le romanefque, & comme ils le ramènent toujours au vrayfemblable par les régles de l’art, il fait un admirable eftet fur la scène.

  Nos François ne connoiffent point ces beautés, il ne paroît pas du moins qu’ils les ayent affés recherchées dans les Pièces qu’ils n'ont pas copiées ou imitées des Efpagnols. Il est vray, que l’imagination de ces derniers prend fouvent l’effor au delà des juftes bornes de la vray-femblance & de la raifon ; mais il me femble qu’en laiffant ce qu’ils ont d’outré, on pourroit les imiter en ce qu’ils ont de brillant & d’ingenieux, de par ce moyen rendre nos Pièces de Théâtre plus parfaites, en ajoutant les beautés qui nous manquent, à celles que nous poffedons déja.

  Voilà ce qui m’a fait entreprendre cette Traduction : je la donne au Public pour effayer fon goût; s’il n’est pas content de ce volume, il me fçaura gré de ne luy en pas donner davantage; s’il le reçoit avec quelque plaifir, je feray inceffamment imprimer d’autres Pièces qui ne feront pas plus mauvaifes que celles-cy , de toujours dans le mefme deflein d’encourager nos Auteurs à s’attacher plus qu’ils ne font à l' intrigue de leurs Poèmes ; par la ils rendront plus vif le plaifir que nous prenons aux fpectacles.

  Suppofé que la decifion du Public me foit favorable, je me propofe de parler dans la fuite des Auteurs Efpagnols ,  de faire connoître les obligations que nous leur avons de nous avoir fourni les intrigues de quelques-unes de nos meilleures Comédies ; mais je ne veux dire icy que les chofes dont il eft abfolument neceffaire que le Lecteur foit inftruit.
  Je ne me fuis pas fait une religion de traduire à la lettre; les Efpagnols ont des façons de parler que l'on ne me blâmera pas d’avoir changées. Tantoft ce font de ces figures outrées, qui font un galimatias des termes pompeux , de Ciel, de Soleil,  & d’Aurore; & tantoft ce font des faillies du Capitan Matamore, des mouvemens rodomonts, qui ne laiffent pas véritablement d’avoir de la grandeur ou de la force; mais qui font trop oppofés â nos ufages, pour pouvoir eftre goûtés des François. J’ay donc adouci tout ce qui m’a paru trop rude; mais je n’ay pas travefti mes Acteurs à la Françoife, comme de célèbres Auteurs qui en ont fait des Erafte ou des Clitandre dans quelques Pièces Efpagnoles qui ont efté reprefentées fur nôftre Theatre. J’en ay fait des Rodrigue & des D. Diegue qu’on reconnoîtra toujours à leur manière de penfer ou de parler, pour eftre nez fous un autre Ciel que le noftre.
   Comme les Efpagnols n’obfervent ny l’unité de lieu, ny la règle des vingt-quatre heures, & qu’a leurs figures outrées près, il n’y a proprement que cela qui nous bleffe dans leurs Comédies, j'ay gardé un milieu entre les libertés de leur Theatre, & la feverité du noftre. Quand je ne puis, fans fupprimer des incidens agréables, consommer l’action en un jour; je prens deux jours : mais cela ne va pas plus loin. Pour l’unité de lieu, il eft impoffible de la garder, fans ofter le merveilleux, & fans tronquer les intrigues, qui font, à .mon fens, comme je l’ay déjà dit, la plus ingenieufe & la plus noble partie de l’action dramatique.
  J’avoue .que lorfque nous voyons une Comedie qui commence en un Royaume, & qui finit dans un autre, nous avons raifon de nous révolter contre  une pareille licence; & il m’a femblé qu’un Traducteur pouvoit fe difpenfer de la refpecter, & prendre celle de partager en cinq Actes leurs Pièces qui n’en ont ordinairement que trois. Je mets la Scène de ces fortes de Pièces dans une Ville, où à la vérité cette Scene change de lieu, quand l’intereft  des Acteurs & l’action le demandent; mais pourvu que ces changemens foient bien ménagés, & que le fpectateur en foit averti, je fuis perfuadé que c’elt une fauffe délicatelfe de les trouver mauvais, & qu’en dépit d’Ariftote & de noftre
Tribunal dramatique qui les condamnent, ils ne fçauroient nous rebuter.
  Quand l’action intereffe, on fuit les Acteurs fans s’en appercevoir, & j’en donne deux exemples, un dans le genre héroïque, & l’autre dans le comique. Dans le Cid, nous allons volontiers avec Rodrigue du Palais du Roy chez Chimene; et la fituation de cette Scene, quoy qu' elle soit contre noflre ufage, nous fait trop de plaifir pour en feavoir mauvais gré à l’Auteur. Dans la Comedie du Menteur, apres nous eftre divertis aux Thuilleries des menfonges de Dorante, nous le fuivons fans peine à la Place Royale, parce que fon caractere nous divertit, & que l’intrigue commence à nous attacher.
   Je diray en fmiffant, fans fortir du refpect qui eft dû à nos règles, que je veux croire fort judicieufement établies, puifque nos plus grands hommes les ont inviolablement obfervées,que tant qu’un Auteur gardera l’unité de lieu, il ne nous offrira que des intrigues très médiocres; & je crois qu’il plaira moins au Parterre par le mérite de cette fervitude qu’il fe fera luy-même impofée, qu’il ne luy plairoit par la reprefentation d’un grand nombre d’incidens & de contretemps agréables, que l’incommode & gênante unité de lieu luy aura fait fupprimer.
Et par là il oftera toujours à fes Poèmes plus de beautés,qu’il ne leur en pourra donner d’aillleurs.

_____________________________

* L'espace d'une préface, il a paru possible de prélever la graphie originelle du texte imprimé, sans pour autant tomber dans le format image.

Cette préface se trouve également, avec l'orthographe moderne , dans un numéro de la revue Europe, le théâtre espagnol du siècle d'or (2012), pp164 à166.


 

 

 

Sur Crispin rival de son maître

Le sujet de Crispin rival de son maître, repose sur le  stratagème d' une usurpation d'identité, ourdie par un valet et son complice, Crispin et Labranche, aux dépens d'un maître, Valère, qui n'a rien d'exemplaire par ailleurs. On a pu dire que " les manoeuvres du maître ne sont pas plus honnêtes que celles du valet" 

 Cette pièce en un acte (26 scènes) s'ouvre sur l'ébauche d'une " intrigue amoureuse dont on croit à l'avance connaitre tout le fond" ¹ . Valère Crispin rival de son maitre 1epageamoureux d'Angélique (et de sa dot) charge Crispin son valet, de s'enquérir du nom d'un rival qui lui est opposé,  selon les dires de la suivante d'Angélique, Lisette. Valère n'ayant pas eu le temps d'obtenir d'elle le nom de ce rival.

Crispin n'a que faire de cette mission. Après sa rencontre fortuite avec Labranche, un vieux camarade,  dès la scène 3, il apprend par ce complice, le nom du rival : Damis, dont il décide de prendre la place .  Tout le monde ignorant, estiment les deux compères, que Damis est déjà  marié.

Crispin ne devient le rival de son maître  que sous l'identité de Damis, que durant le temps de cette usurpation d'identité.

Selon les données de l'avant-scène (des évènements antérieurs) il  suffit à Valère d'attendre  que le mariage prévu pour Angélique n'ait pas lieu. Il ignore encore que la lettre de l'ami, reçue de Chartres une semaine auparavant, est précisément celle du rival qui ne l'est plus, Damis

Cette  comédie  surdéterminée par l'esprit de calcul, s'inscrit cependant dans le schéma traditionnel des obstacles au mariage qui régit ce genre de pièces. Ainsi, pour l'exemple : 

L'exemple de Molière

" Chez Molière, les obstacles au mariage des gentils amants sont tout simplement écartés par d'heureux coups du sort. L'union n'est pas le résultat d'un quelconque progrès de la conscience morale : en ce qui lesMolierelisantTartuffe concerne, ils s'aimaient, en général, depuis le début et quant à Arnolphe et à Harpagon, leur folie est tout aussi grande à la fin de l'École des  Femmes et de l'Avare qu'elle l'était au commencement."  ² . Dans Crispin rival les coups du sort sont nombreux, ils n'entrainent en rien le progrès de la conscience morale chez Valère et Crispin.

Le rôle de Lisette

 À contrario, un rôle assez peu commenté est celui de la suivante Lisette. Ce n'est pas seulement parce qu'elle est présente dans  16 scènes sur 26 : en continuité des  scènes 4 à  13 et des  scènes 21 à 26, certes d'une façon plus ou moins active, qu'elle mérite attention, mais plutôt parce que le personnage est partagé entre sa sensibilité et sa raison, "votre amour et ma conscience" dit-elle à Angélique. Son désir de rester dans le vrai va se heurter au cynisme d'une situation qui la dépasse.

C'est ce que veut l'auteur :
                          Scène 22
                           Lisette, seule
" Ouais, que signifie tout ceci ? Il y a quelque chose là-dedans qui passe ma pénétration. "

_________________________

Pour conclure, dans le cadre de cette notice : c'est avec quelque ironie que l'on entend la dernière réplique de Valère s'adressant à Crispin et Labranche : "Vous ne sauriez donner à votre perfidie des couleurs qui puissent nous éblouir (...)" 

Ces couleurs qui ont pu éblouir, sont celles du style d'un auteur dramatique possédant " une maitrise aboutie de la grande comédie, ramassée en une forme brève, avec ses ingrédients traditionnels : pièges, cascades de péripéties, méprises, quiproquos et dénouement heureux" ³

_____________

¹ Édition de Nathalie Rizzoni. Le livre de poche. LESAGE, Turcaret,  précédé de Crispin rival de son maître. p.11

 ² Littérature et réalité © ed. du seuil, 1982  p.52

³ op. cit. N. Rizzoni  p.8

 

 

Date de dernière mise à jour : 20/07/2018

×